INSTITUT NADWI - NOTRE AVENIR POUR LA DA'WA & L'IHSAN

Il existe une Révélation Non Lue…


Coran Nadwi

Certaines personnes ne reconnaissent pas que l’enseignement du Messager d’Allah (sallallâhou ‘alayhi wa sallam) compte parmi les sources du droit musulman et ils réfutent donc le fait que les Ahâdîth puissent avoir une quelconque autorité normative.


Parmi les assertions qu’ils mettent en avant pour soutenir leurs thèses déviantes, il y a notamment le fait que, selon eux, l’ensemble de la Révélation venant d’Allah étant déjà consigné dans le Qour’aane, aucun autre énoncé n’a de valeur législative…

Par rapport à cette assertion, voici en substance ce que répond Sheikh Taqi Outhmâni :

Quiconque étudie objectivement le texte coranique dans son intégralité ne peut que reconnaître qu’il y existe des preuves très explicites indiquant que l’ensemble de la Révélation que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a reçu de la part d’Allah n’est pas inclus et consigné dans le Texte Sacré. A côté de la Révélation Lue (Wahiy Matlou’), c’est à dire le Qour’aane, il y a donc également une Révélation Non Lue (Wahiy Ghaïr Matlou’): c’est l’énoncé de ce second type de Révélation qui est exprimé au travers de la Sounnah et des Ahâdîth.

Voici un passage coranique (parmi bien d’autres) attestant de l’existence d’une Révélation Non Lue et de sa valeur législative et normative :

Allah dit :

وَكَذَلِكَ جَعَلْنَاكُمْ أُمَّةً وَسَطًا لِتَكُونُوا شُهَدَاءَ عَلَى النَّاسِ وَيَكُونَ الرَّسُولُ عَلَيْكُمْ شَهِيدًا وَمَا جَعَلْنَا الْقِبْلَةَ الَّتِي كُنْتَ عَلَيْهَا إِلَّا لِنَعْلَمَ مَنْ يَتَّبِعُ الرَّسُولَ مِمَّنْ يَنْقَلِبُ عَلَى عَقِبَيْهِ وَإِنْ كَانَتْ لَكَبِيرَةً إِلَّا عَلَى الَّذِينَ هَدَى اللَّهُ وَمَا كَانَ اللَّهُ لِيُضِيعَ إِيمَانَكُمْ إِنَّ اللَّهَ بِالنَّاسِ لَرَءُوفٌ رَحِيمٌ

« Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes pour que vous soyez témoins aux gens, comme le Messager sera témoin à vous. Et Nous n’avions établi la direction (Qibla) vers laquelle tu te tournais que pour savoir qui suit le Messager (Muhammad) et qui s’en retourne sur ses talons. C’était un changement difficile, mais pas pour ceux qu’Allah guide. Et ce n’est pas Allah qui vous fera perdre [la récompense de] votre foi, car Allah, certes est Compatissant et Miséricordieux pour les hommes. » (Sourate 2 / Verset 143)

Dans ce verset (traitant du changement de Qibla de la prière rituelle qui eut lieu au cours de la seconde année de l’Hégire), la direction mentionnée est celle du Baït oul Maqdis – Jérusalem. Ce qu’il est important de souligner, c’est que l‘établissement de cette précédente Qibla y est lié à Allah (« ما جعلنا  » – « Nous n’avions établi »)…

Pourtant, à aucun endroit du Texte Sacré, on ne trouve mention d’une quelconque injonction imposant aux musulmans de se tourner dans la direction du Baït oul Maqdis. Ceci atteste du fait que cette injonction de se tourner dans la direction de Jérusalem pour prier fut transmise par l’intermédiaire d’une Révélation non contenue dans le Qour’aane, une Révélation Non Lue.

Et le fait qu’Allah ramène vers Lui l’établissement de cette Qibla atteste de la nécessité de se soumettre face à cette Révélation Non Lue, à l’instar de ce qui est imposé par rapport à la Révélation Lue, consignée dans le Qour’aane.

Wa Allâhou A’lam !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *